La Sibérie, Novossibirsk, une étrange histoire d’eau:

Fuseau horaire: GMT + 7 heures Température moyenne -6°C Heures d’ensoleillement: 10h37 (7:52 à 18:29)

1 613  km parcourus…… cumul: 8 804   km

 Après le trajet qui me menait de Ekaterinbourg à Novossibirsk en pleine Sibérie… suivez le lien pour en savoir plus sur le voyage

P1040167k  Le 30 mars 2013 J’arrive à Novossibirsk, il est 18:40 (heure de Novossibirsk) il ne fait pas froid 2°C.

 

 

 

 

   La ville 8La ville est sombre, c’est le centre de l’industrie lourde, deux monuments pourtant la gare et l’Opéra retiennent mon attention.

  

 

 

   Akademgorodok 3Svetlana me donne rendez-vous à Akademgorodok, une ville satellite de Novossibrisk construite en 1957  sur l’ initiative de l’académicien Mikhaïl Alekseïevitch Lavrentiev. C’ est une cité scientifique construite au milieu d’une forêt de bouleaux et de pins, au bord de la mer de l’Ob. Elle constitue l’un des centres scientifiques les plus importants de Russie mais également une vraie petite ville avec ses instituts de recherche, ses universités, ses restaurants, ses magasins, ses appartements, ses hôtels, ses cinémas…Il y a tout ce que l’on peut désirer, un appartement loin de la pollution du centre ville de Novossibirsk, dans la forêt à l’air pur à deux pas de la mer, dans un secteur où l’industrie chimique civile et militaire sont bien implantées. La maison des scientifiques est le point de rencontres des habitants jeunes et adultes. Les divertissements, et la culture s’y côtoient.  Il fait bon vivre à Akademgorok pour Svetlana et sa famille.

 

Dès qu’ils peuvent, ils vont pique-niquer à la mer. C’est magique de pique-niquer en pleine tempête de glace.

Pique nique 2  Te rappelles tu les mots de mes amies de Russie. A St Pétersbourg, Véronica me dit « Oui, non, peut-être » ça veut dire dans la bouche d’un russe plutôt « Non ». A Ekaterinbourg Julie, me rappelle que nous avons rendez vous à Makhra le 60 février… fais le calcul, l’hiver s’imposait trop longtemps au point d’en modifier le calendrier… Et maintenant Svetlana pour qui je m’inquiétais de savoir si elle avait froid sous cette tempête de neige. Elle me répond, « On ne dit pas que le sibérien a froid on dit qu’il sait bien se couvrir. »

  Les restes d'un igloo sur la mer de l'Ob  Promenade sur la mer de l'Ob Nous allons ensemble à la découverte de la mer, du fleuve de l’Ob.En regardant toute cette eau, Svetlana se souvient: « Quand j’étais enfant, je pouvais boire l’eau du robinet. aujourd’hui je préfère boire l’eau en bouteille. D’ailleurs j’ai prévu un rendez vous avec une usine d’eau. Qu’est-ce que tu en penses pour ton voyage c’est bien aussi l’eau en bouteille. ». Oui Svetlana c’est bien l’eau en bouteille aussi.

C’est ici à Akademgorodok que je ne me contenterai pas de connaître seulement l’eau de surface, l’eau de la bouteille aussi me réserve un étrange voyage.

L'eau en bouteille      Société 4 

L’eau potable, la grande absente du robinet Russe, est vendue de plus en plus en bouteille.

    usine Noringa 1     usine Noringa 2      Usine Noringa 5

Cette usine distribue de l’eau potable, et de l’eau purifiées reconstituées. La charge de cette usine est de redonner confiance en l’eau…Ils y arrivent très bien. Il faut que les Russes cessent de boire l’eau des rivières, la neige fondue, l’eau des puits, et l’eau du robinet. Cette usine a beaucoup à apprendre et serait heureuse de collaborer avec un homologue français. Envie de mieux connaître cette société suivez le lien.

Pour finir le vidéo clip de mon séjour à Novossibirsk en deux parties: