Fuseau horaire: gmt + 3 heures Température moyenne -3°C Heures d’ensoleillement: 10h411 (7:22 à 18:03)

Quel était le programme ? connaissance du programme

709  km parcourus…… cumul: 4 747   km

J’ai surement du attraper un rhume à St Petersbourg. Un froid -13°, chaud +29 °, tout au plus…

la gare de kazanla gare de moscouprs de la gare luniversit de moscou

Moscou le 17 mars je descends du train il est 17:20. Il pleut, il fait gris, j’ai froid, je suis fatiguée. Le chauffeur me conduit à l’hôtel près du parc Sokolniki.

sokolniki hotelcoat_of_arms_of_sokolniki_municipality_in_moscow

En Russe Sokol veut dire le faucon  en mémoire de la période des stars et de la chasse qui se pratiquait en lieu et place du parc actuel. Je n’aurai pas le temps de visiter ce parc russe typique. Je garderai pourtant ces images

parc sokolniki 2parc sokolnikisokolniki 3sokolniki 4sokolniki 5

 chambre hotel sokolniki

 Je prends possession de ma chambre,  je suis fatiguée, je décide de prendre un bain et de me coucher…

 

 

 p1020684Ah!!! le bain, la couleur de l’eau… une autre fois, une douche suffira.

Je m’endors en pensant à Iulia, à cette rencontre que j’attends depuis plus d’un an.

 

 Il ne faut pas faiblir. Moscou est une belle étape. Et puis Madame Svetlana Orlova devrait me recevoir. J’attends la confirmation de son secrétaire. Encore merci votre excellence, Monsieur l’Ambassadeur Alexandre Orlov d’avoir facilité mon introduction.

 lettre dintro0002lettre dintro0001

 immeubles

 

Le matin 18 mars de la fenêtre de ma chambre, des immeubles bien rangés (architecture efficace du XX e). Ce n’est pas l’idée que je me faisais de Moscou.

 

 

 rceptionniste de hotelJe descends à la réception et je demande un taxi.

 Le réceptionniste parle un français accentué à la russe: « Non madame c’est mieux le métro, c’est facile, pas cher, et rapide »

Ah, angoisse, je n’ai jamais pris le métro seule. Je sens la galère arrivée. Me perdre dans Moscou.

Après tout, n’est-ce pas le meilleur moyen de connaitre une ville. Allez zou, j’y vais!

 

 metro sokolniki 2La bouche du métro Photo  m’avale avec d’autres.

Surprise, j’entends parler le français. Deux béninois distribuent des prospectus « Mais tu t’en f… le principe c’est pas qu’ils acceptent le papier c’est qu’ils le prennent, s’ils le balancent ça ne te regarde pas. »

Je m’arrête juste devant le chef, le regarde. « Bonjour » « Tu es française, salut tu es perdue » « Non je vais me perdre »  » Y’a pas de chance, tu vas voir ici le métro c’est propre, très surveillé, y’a que les vendeurs de tickets qui te feront la gueule c’est normal faut qu’ils vendent, les flics partout ils te diront ton chemin, montre ton plan et ça ira. Bonne route ma sœur » « A ce soir ».

  Lâchée seule, je descends dans la gorge du monstre au même rythme que les autres. D’ailleurs j’ai appris que si je ne marchais pas à la cadence, je serai vite écrasée.

  Les voyageurs, la tête dans les épaules, d’un même pas résigné, tristes, le regard fermé, avancent. J’ai fini par faire comme eux, j’ai décroché mon sourire et j’ai regardé mes pieds qui suivaient comme ils étaient suivis.

 metro sokolnikiJ’ai eu envie de pleurer…Tu rentres dans le rang.

Une fois dans la rame je pense « Je n’ai toujours pas de nouvelles de Anna, aurais-je une interprète pour mes deux ITW? et le secrétariat de Madame Orlova toujours pas de mail; Iulia, elle aussi silencieuse depuis mon départ… » L’inquiétude que pour la première fois j’ai exprimée lors de la conférence de presse dans les locaux de la Martinière le 08 mars 2013 me reviens en mémoire, elle est peut-être morte ».

Je sens ma sueur couler lentement, le long de mon dos, me chatouiller les reins. Ce serait presque agréable si je ne pensais pas à la sortie et aux -6°c de ce matin. La chaleur tropicale des intérieurs « le russe n’aime pas le froid ».

Enfin dehors, métro Okhotny Ryad, à deux pas de la place rouge. Il fait beau, le ciel est bleu, j’ai de la chance les photos vont être belles.

      

      

basileDe la couleur y’en a partout, entre le musée historique, la cathédrale de Kazan, le mausolée de Lénine, et St Basile le bienheureux(Ivan le Terrible l’a fait construire pour célébrer la prise de Kazan) et dans les nuages l’université de Moscou. Du pont Bolshoi Moskvoretski la cathédrale du Christ sauveur édifiée en mémoire de la victoire de la Russie sur la grande armée de Napoléon.

 

 

 

 

 christ_saviour_explosionEn 31 Staline l’a fait détruire par Lazare Kaganovitch qui déjà voulait faire exploser Basile le bienheureux. A la place le projet du palais des soviets sera interrompu en 41, en 58 faute de moyens sera bâti la plus grande piscine à ciel ouvert du monde. En 95 Eltsine décide de la reconstruction de la cathédrale.

 

 

 le kremlin  la moscovaJe finis par le Kremlin sur le bord de la Moscova, puissante et liquide.

Ca s’arroserait presque mon premier fleuve non gelé depuis la Loire.

 

Voici les premières photos & un diaporama musical

 Je rentre après avoir parcouru 8 heures dans les rues de Moscou. Je reprends le métro et à la sortie je revois mon frère, le Béninois. J’achète une bouteille d’eau au super marché, juste en face de l’hôtel et je rentre, je sais que du travail m’attend. Le Skype avec mes amis de France, les mails que j’attends, et surtout sauvegarder les photos. Je suis tellement heureuse de ma journée que je ne sens plus ma fatigue. Les mails??? Pas de mails, pas de confirmation de rendez vous avec la présidente du sénat, et toujours pas de traductrice. Alors je sauvegarde les photos et …Erreur fatale! Par un geste malheureux je supprime 488 photos. Ma première réaction, la colère. Je me jure de refaire le même trajet et de refaire toutes les photos que j’ai supprimées. La fatigue me tombe sur les épaules, je m’en veux, j’aurais hurlé de rage. La sentence est tombée, grâce à ma mémoire je les referai demain ces photos. Je me couche sans diner, il me faut dormir. Je n’ai pas faim et pourtant je n’ai fait qu’un petit déjeuner.

 Le 19 mars, rendez vous à l’ambassade avec Cécile. Je pars assez tôt pour commencer mes photos: Le métro, mais là destination Park Kultury. En sortant du métro, en prenant le pont Krymsky mes yeux ne croient pas ce qu’ils voient. Je délire. Une navette spatiale sur le bord de la Moskova.

la navette  moscovale matpas de deux

Plus loin comme un mirage, je vois une colonne, un mat. Serions nous envahi par le passé? Délires qu’en vous nous tenez!  Je longe le parc Gorkogo. Je vois devant la grande porte un drôle de pas de deux. Un tracteur et un drôle de petit engin tournent et virent pour dégager la neige qui est tombée toute la nuit. Les parcs ne sont pas fermés, on y voit se promener enfants, amoureux portant sac à main, élégantes sur talons aiguilles, mères et landaus, vieillards. Avant de me retrouver face à face avec Lénine,

pubpigeons lnine    

une pub,… une invitation… je ne  comprends pas ce que je décode. Ce ne peut pas être la vérité ou alors???…Parlons vrai « Pigeons ou lapins de 6 semaines le distributeur de billet est à votre disposition! » Je continue vers le métro Oktyabrskaya, blottis contre le froid les « pigeons Tchernobyl » me lance une passante. Nous partons d’un grand éclat de rire. Ce qui surprend les rescapés du métro.   

A 11:00 Je suis reçue par Cécile de l’Ambassade de France, Elisabeth des AF, et Adrien représentant de OSEO.

 » Nous abordons le sujet de l’eau. Les russes aiment l’eau. Ils savent tous nager. Ils se baignent pour le plaisir peu importe l’état de l’eau. Ils n’ont pas peur de se baigner dans un eau pas très claire. Ils nagent partout dans les fleuves, les lacs. Elisabeth aime la Russie, les russes elle les connait bien, elle me conseille de voir le lien youtube https://www.youtube.com/watch?v=u-Z1oY8mfqM

 Voilà pour mieux comprendre ce lien qui lie le russe à la nature. Le Bagna me dit-elle subitement. Une coutume le bagna. Ce n’est pas tout à fait le sauna, ni même le hammam, c’est le bagna. L’eau en ville il y a deux réseaux celui de l’eau froide et celui de l’eau chaude. Deux fois par an pendant 2 jours pleins il n’y a pas d’eau au robinet.

En parlant de l’eau du robinet justement. L’eau à l’hôtel est jaune. « C’est comme ça partout, l’eau n’est pas potable vous savez oui », « Je sais, et elle a cette couleur Pourquoi? » « La rouille, ou … « 

En général le russe ne pense pas à demain, il vit le présent et le plaisir du moment. Il ne se projette pas dans l’avenir, il ne s’excuse pas. Les deux grandes qualités des russes sont la franchise et la sincérité, il n’y a pas de politiquement correcte. Les russes sont authentiques. C’est le pays de l’extrême et ce climat influence les états d’âme.

Me voilà prévenue.

Avant de quitter mes hôtes je leur confie mon inquiétude au sujet de Iulia, et de mon interprète. Pour l’interprète ils ont du nouveau tout est cadré. Je verrai ce soir à l’hôtel Katya. Quant à Iulia, ils me proposent gentiment de m’aider et d’interroger les autorités de la municipalité de Makhra. Ils me tiennent au courant dans la journée.

Je quitte l’ambassade et j’arpente la ville, elle me doit des images.

 Le soleil n’est pas au rendez vous aujourd’hui. Il neige, le ciel est bas. Je comprends Héraclite « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ». Les photos d’hier sont celles d’hier. Elles n’existent plus que dans ma mémoire. Je ne pourrai pas les partager. Mais au fond ce voyage, je le fais aussi pour moi. J’ai failli l’oublier. Je partagerai les photos d’aujourd’hui. Les russes ont raison, profitons du présent et prenons du plaisir.

Bridge over Moskva Riverla marieamours  pierre       

La colonne, Je veux la voir mais oui c’est bien lui, Pierre le Grand qui regarde au loin la venue des suédois, 95 m de haut. Impressionnant. Je décide de longer le canal. Lui est encore gelé. Des hôtels prestigieux font face à des usines laborieuses qui crachent une odeur de souffre. Je retrouve les cadenas de l’amour! A Moscou ils poussent sur les arbres. Des arbres à cadenas. La mariée était en blanc, les pigeons l’ ignorent. Elle ira accrocher cette drôle de pomme métallique, triste retour des choses.

Bolotnaya Square covered in snow in Moscow.les enfants

Je décide de me rendre dans le parc Bolotnaya square, juste en face du pont. Y’a de la neige partout impossible de s’assoir sur un banc. Avant Catherine II ce parc étaient un marécage, en 1940 il devient un parc d’agrément, en plus de la statue de Répine je découvre les sculptures de Shemyakin « les enfants, victimes des Vices des adultes ».

Le soleil ne sera plus au rendez vous. Il est 16:00, je décide de repasser par la place rouge et de reprendre le métro. C’est sur le pont Bolshoi Mokvortski en posant un dernier regard sur le kremlin que je suis abordée par un jeune homme brun souriant parlant un très bon anglais. Je le photographie. Il est médecin grâce à l’armée. Maintenant il est à Moscou pour travailler à l’hôpital des armées. La photo est pour sa fiancée qui en ce moment est dans le train. Partie de Iakoutsk, elle le rejoint pour 3 jours. La photo lui permettra de patienter. Elle passera plus de temps dans le train qu’avec son fiancé.

255px-russian_borsch

Je rentre à l’hôtel,  je dois absolument diner demain je pars pour Alexandrov il faut que je tienne le coup. Je n’irai pas loin, au restaurant de l’hôtel. Je sais déjà ce que je veux pour diner: Un bortsch bien chaud.

 

 Mais avant les mails. Toujours pas de nouvelles de Madame Orlova, ni de Iulia. Quoi faire?…

J’irai, je la trouverai Iulia. Je dois y aller. Le téléphone sonne c’est le réceptionniste de l’hôtel. « Pardon madame vous voulez toujours aller à Alexandrov? » « Oui » « Je vous avais dit ce matin que le mieux était le train, mais pour le même prix un ami qui nous a entendu parler vous propose de vous accompagner en voiture départ à 8:30 si vous êtes d’accord »"Je suis d’accord. »

Si j’avais une hésitation maintenant j’ai une certitude. J’y vais dans la campagne de Iulia et je vais la trouver. J’appelle Katya et lui confirme le rendez vous à l’hôtel.

restaurant sokolniki hotel

Je descends au restaurant. Il n’y a personne c’est bizarre. Une fois installée prés de la fenêtre, j’entends de la musique, des annonces qui me rappellent les derniers matchs que j’ai suivis en France avant mon départ. Mais c’est bien sur! Le spartak de Moscou joue ce soir un match au palais de sport de sokolniki contre St Petersbourg… Je ne sortirai pas et pourtant j’ai envie d’aller voir l’ambiance…

Pour savoir ce qui s’est passé le 20 mars suivez le lien cliquez sur Makhra

 Le 21 mars ma montre sonne 6:00. je mets un pied hors du lit, les vertiges se succèdent. Un petit déjeuner nécessaire mais dur dur… pénible. Je retourne dans ma chambre et j’ouvre mon ordinateur, je guette cette confirmation de rendez-vous toute la matinée en priant qu’elle n’arrive pas. 12:00 rien Je m’endors. Je me soigne, je m’endors etc. 21:00 je vais diner d’un bœuf Strogonoff.

sud-ouest-moscou-vue-du-ciel-13 Mon père disait toujours « Il faut manger ma fille pour lutter ». J’ai diné papa et en plus il avait du goût ce bœuf. Du restaurant panoramique de l’hôtel. Superbe vue! Si y’a du goût y’a de l’espoir demain je serai en forme.

Le 22 mars c’est un peu mieux mais pas terrible, ceci dit il faut que je sorte que je fasse mes courses pour le voyage mon départ est prévu à 17:20.

 

 

 Kazan je te promets je serai en forme.