Père Noël RusseAujourd’hui le 6 Décembre, dans certains pays c’est le jour où l’on fait des cadeaux, ce soir vous allez être les premiers à recevoir un cadeau jamais encore fait à l’humanité, mais cela sera la deuxième partie de la soirée,

le 6 Décembre c’est aussi la St Nicolas et nous sommes réunis pour parler de cette ville qui a vu, assassiné le dernier Tsar Nicolas II et toute sa famille.

Première vidéo

Je ne devais pas rencontrer de femmes remarquables dans cette ville et voilà la publicité faite autour de mon périple fait que ….

Je rencontre la femme, Nadjesda, qui personnifie pour moi le courage.

Voyons ce film en dinant:  et si la deuxième partie vous intéresse suivez le lien

Nadjesda représente les victimes à la Cour au niveau local, régional et fédéral, la Cour constitutionnelle de RF, Cour européenne des droits de l’homme (affaire de succès 2011 Karpachev et Karpacheva v Rus).

Elle initie et conduit les plus célèbres cas de victimes nucléaires – « liquidateurs intra-utérine », « enfants-victimes post accident», « liquidateur ».

Depuis 2010 Elle est nommée conseillère régionale du médiateur de Tcheliabinsk

2011 elle recoit the Nuclear Free Future Award, catégorie « Résistance »

Membre de RLDP « Yabloko », Fraction « Russie verte »

Publication avec un co-auteur Olga Tsepilova « ville fermée, ouverte en cas de catastrophe » 2007, Elsevier

Une des héroïnes du livre Katrin Brown « Plutopia » 2013, Oxford

Mère de 4 enfants.

Elle ne demande pas l’aveu de l’accident, elle ne demande pas l’arrêt du nucléaire, ni la condamnation de quiconque, elle sait que cette énergie est nécessaire, elle sait aussi que l’humain n’est pas prêt à s’en débarrasser mais elle sait aussi qu’il faut communiquer sur les risques d’accidents, pour que chacun mène sa vie en responsabilité, elle souhaite informer et dire qu’il peut y avoir un après accident. Elle offre à notre humanité un magnifique cadeau. Celui d’une expérience de deux générations après un accident nucléaire.

 Nadjesda, formule un souhait: “Je souhaite que la France me reçoive dans les universités aidée en cela par mon amie Nathalia scientifique nucléaire intervenante sur Tchernobyl, et Fukushima qui a écrit un livre sur l’après accident. ”

Elle me donne quelques informations: Rapport CRIIRAD 11-18 Mayak D et encore Note CRIIRAD N°09-102 Déchets le cauchemar V2

 Dès que je quitte Yek je n’ai de cesse de tourner cette phrase dans mon esprit, c’est dans les plaines de Sibérie, que j’ai cette idée: Proposer une tournée de conférence sur le thème: “Une vie après un accident nucléaire” ou “Comment parler autrement du nucléaire?” Et je me dis…..

* Notre région……

* Il y a un après, il y a une vie après un accident nucléaire, plusieurs questions se posent. Ce vécu, cette matière à réflexion interroge plusieurs domaines scientifiques, autant les sciences dures que les sciences de la vie, le droit, l’économie, la linguistique…..

* Comment ne pas proposer ce thème de réflexion à Orléans

* Comment ne pas y associer les industries nucléaires, les industries de l’eau…?

DSC03637

C’est à mes amis en avant première que j’exposerai cette idée, et je sais parce qu’après la soirée ils me l’ont tous écrit. Ils ont tous été bouleversés, mais heureux de savoir, oui ils ont réceptionné le cadeau, et comme des hommes et des femmes responsables ils ont tous décidé de répondre présents. C’est encore la gorge serrée que je leur dis merci.

Et cette fois ci notre chef Patrice du restaurant les Terrasses du bord de Loire à Orléans qui ne connaissait pas du tout le sujet au débat a confectionné la meilleure des entrée qui a été baptisée du nom de la soirée: Le Champignon de Ekaterinbourg.

Le champignon de Ekaterinbourg

 Mon idée est la suivante : Allez, suivez le lien vers nos missions Une femme/Un projet